NDLR: Nous publions avec plaisir le droit de réponse de M. Nunzi Maire de Moissac à la suite de la tentative de dénigrement de notre Hôpital Inter-communal dans un article de la Dépêche que nous avions pris soin d'accompagner d'éléments factuels plus généraux....

Contrairement à ce que sous-entend l’article dans le quotidien La Dépêche du Midi daté du 31 octobre, il n’y a pas « d’intrus » dans le bloc opératoire du Centre Hospitalier Intercommunal Castelsarrasin-Moissac. Il n’y a pas et il n’y a jamais eu d’agents des services hospitaliers dans ce service et les aides soignants ne participent pas aux interventions.



Toutes les tâches d’hygiène sont dévolues aux aides soignants, mais ils ne rentrent plus en salle dès que l’intervention est commencée, jusqu’à ce qu’elle soit terminée. Ils n’y viennent que pour assurer la décontamination entre chaque intervention et participent avec les Infirmiers diplômés d’état (IDE) à l’approvisionnement en dispositifs médicaux et matériel, puis à leur évacuation après utilisation.

Ils participent également à l’accueil des patients dans cette structure un peu particulière que représente un bloc, et assurent la réponse aux besoins de confort physique et de soutien moral avec sérieux et efficacité.

Les recommandations sont très strictes en termes d’asepsie et d’antisepsie, et notre Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) y veille et pratique des audits réguliers dans ce service, comme dans les unités d’hospitalisation.

Seules les Infirmières de Bloc opératoire diplômées d’état (IBODE) et les Infirmières diplômées d’état (IDE) assurent les 3 fonctions leur incombant dans la salle d’intervention, c’est-à-dire instrumentiste, panseuse et circulante.

Les missions de chaque professionnel de santé au bloc sont claires, connues de tous, respectées et inscrites dans leurs fiches de poste, visées par la direction.

Comme il est précisé tout à la fin de l’article par l’Agence Régionale de Santé (ARS), autorité de tutelle de l’établissement : « il n’y a pas d’exercice illégal à la profession d’infirmier » au centre hospitalier de Moissac.

Comment éviter la suspicion assénée par voie de presse envers un établissement hospitalier de proximité et qui ne demande qu’à répondre aux besoins réels de la population, et affiche les résultats des indicateurs de qualité institués par le Ministère de la santé. 

Le Président du Conseil de Surveillance de l’hôpital Intercommunal Castelsarrasin-Moissac

Jean-Paul NUNZI