"C'est la première fois depuis que ce gouvernement est présent qu'il y a une mobilisation de cette ampleur", a indiqué Thierry Lepaon au micro d'Apathie sur RTL, précisant que l'appel à la grève concernait les fonctionnaires des trois fonctions publiques (Etat, collectivités locales, hôpitaux) et que des rassemblements sont prévus dans "plus de 120 villes".

"Les questions sont sur la table, le gouvernement les connaissait avant d'accéder aux responsabilités, il a pris des engagements vis-à-vis des fonctionnaires et il faut qu'il puisse les respecter, a-t-il dit.  "Les questions sont simples et récurrentes: les problèmes de salaires, d'emploi et plus généralement les difficultés qu'ont l'ensemble des fonctionnaires à exercer pleinement la mission qui leur est confiée", a-t-il poursuivi, estimant que la Révision générale des politiques publiques (RGPP), pratiquée sous l'ancien gouvernement (notamment le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite) se poursuit actuellement "même si le nom a changé".

Thierry Lepaon a à nouveau expliqué que le problème des finances publiques était avant tout un problème de recettes, pas de dépense, rappelant que "les fonctionnaires ont perdu en moyenne 13% de leur salaire dans les dix dernières années". L'appel à la grève dans les fonctions publiques a été lancé par les syndicats CGT, FSU et Solidaires. 

La mobilisation s’annonce importante puisque près de 20 % des professeurs des écoles étaient en grève ce jeudi matin, dans le premier degré, d'après les chiffres du ministère de l'Education nationale. Pour le secondaire (collège et lycée), le ministère ne disposait pas encore de chiffres au niveau national.

Ce jeudi, pour la première fois depuis l'élection de François Hollande, les 5,2 millions de fonctionnaires sont appelés à cesser le travail par trois syndicats (CGT, FSU, Solidaires). Les revendications sont :

-Des créations d'emplois partout où cela est nécessaire, et l'arrêt des suppressions d'emplois
-L’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat, notamment par l'augmentation de la valeur du point d’indice,
-L’abrogation du jour de carence,
-La fin de la précarité
-L’amélioration du fonctionnement de la Fonction publique et des services publics.


Thierry Lepaon (CGT) : "L'heure de la... par rtl-fr