C’est officiel?: la traditionnelle campagne pour la diffusion de la vignette donnant accès à la Fête de l’Humanité est bel et bien lancée. Quelques jours après que Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité a présenté dans les pages de notre journal les grands axes thématiques et quelques premiers noms de la programmation artistique, se tenait, mercredi soir, le premier des habituels «?rendez-vous de la vignette?» de l’année.

C’est une nouvelle fois place du Colonel-Fabien, au siège du Parti communiste français, que s’est retrouvé la cinquantaine de diffuseurs, de militants communistes, d’Amis de l’Humanité, autour de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et de Patrick Le Hyaric. Le ton est vite donné?: cette campagne et cette Fête seront cette année très politiques. Pierre Laurent le dit dès ses premiers mots?: «?Nous sommes dans une situation où l’importance du rendez-vous de la Fête de l’Humanité est accrue par tout ce qui vient de se passer cette année, par la nouvelle situation politique dans laquelle nous nous trouvons.?» Patrick Le Hyaric ne dit pas autre chose ?: «?Nous entrons dans une période où, a la fois, la préparation de la Fête et la Fête elle-même participent d’un mouvement pour créer les conditions pour que le changement réussisse si on est optimiste, ou pour que le changement existe si l’on est pessimiste.?»

Ainsi, si les élections présidentielle et législatives ont amené à démarrer cette campagne de diffusion de la vignette avec un peu de retard par rapport aux années précédentes, elles posent aussi un nouveau contexte politique sur lequel l’Humanité compte baser sa campagne de diffusion de la vignette. Il s’agit de définir une situation nouvelle avec la gauche au pouvoir, qui dispose d’une majorité dans les deux Chambres, d’expliquer le contexte plus largement, celui de la crise, dont l’aggravation a, selon Patrick Le Hyaric, été «?masquée?» pendant les campagnes électorales, de combattre la résignation, de faire que les citoyens aient «?suffisamment de cartes en main pour se mouvoir là-dedans?». Mais aussi, Fête militante oblige, de prendre position, étape complexe et qui demande, dans une période comme la période actuelle, de la finesse. «?C’est un contexte qui, pour moi, ne se résout pas par des petites phrases, par des anathèmes, par des coups de menton, nous avons besoin d’en appeler à l’intelligence et à la mobilisation des gens?», affirme le directeur de nos journaux. «?J’entends dire souvent?: “Nous sommes l’alternative.” Je ne crois pas que ce soit la bonne démarche. Certes nous avons une alternative, mais le problème c’est que, dans les prochains mois, ce n’est pas en répétant cela aux gens que ça leur mettra du beurre dans les épinards et que nous empêcherons les usines de fermer.?» Alors, pour avancer dans ces réflexions, il annonce d’ores et déjà des ministres, des syndicalistes, des gens du monde économique pour que la Fête soit «?un marqueur de la vie politique ».

Pierre Laurent acquiesce et sonne la mobilisation?: «?C’est maintenant, dans les quinze jours qui viennent, qu’il faut réussir l’entrée en campagne militante autour de la Fête de l’Humanité.?»

Achetez votre vignette en ligne

>>> Pour suivre l'actualité de la Fête de l'Humanité 2012, recevoir la newsletter ou rejoindre la communauté de la Fête sur Facebook ou Twitter, cliquez ici

Adrien Rouchaleou