Le collectif rassemble de plus en plus d’entreprises en lutte. Pilpa, Bigard, Crédit Agricole, Faurecia, FNAC, Ford, Fralib, Goodyear, PSA, Samsonite, Sodimedical, Sanofi, Sony, Valeo, ZF, Coca-Cola, Merck Serrono… L’association "Licenci'elles", fondée à l’origine par d'anciennes salariées des 3 Suisses, espère une mobilisation de plusieurs centaines de travailleurs.
Des salariés de Sanofi venus de Toulouse et Montpellier devraient être présents. Les employés du groupe pharmaceutique sont très mobilisés depuis l'annonce début juillet d'un plan de réorganisation qui pourrait se traduire par plus de 900 suppressions de postes. Mais bien d’autres sont attendus, puisque comme le dit l’appel à se mobiliser : « Pas une semaine ne passe sans l'annonce d'un nouveau plan de licenciement massif par un groupe qui fait des bénéfices énormes. A chaque fois c'est le même refrain : "Entreprise en difficulté, restructuration pour sauver la compétitivité ..." alors qu'en réalité l'objectif est de faire encore davantage de profit. »

Tous se réunissent pour défendre une loi, dont le texte est tout à fait prêt, qui vise à interdire les licenciements dans les entreprises qui font du profit. « Le candidat Hollande est même allé à la rencontre des salariés en lutte de Goodyear et Fralib, en faisant la promesse que s'il devenait Président de la République il ferait voter en urgence une loi interdisant les licenciements dans les groupes qui font des profits. Pour l'heure Hollande n'a toujours pas tenu cet engagement. Comme bien d'autres promesses de campagne qui ont permis la victoire de la gauche, celle de donner aux salariés le droit d'arrêter les plans de licenciements illégaux avant qu'ils n'aient lieu a disparu des écrans radars du gouvernement » rappellent les Licenci’elles.

« C'est pourquoi nous allons venir de toute la France et de dizaines d'entreprises, où nous nous battons pour nos emplois, pour nous retrouver : Le mardi 29 janvier 2013 a 14 heures Pour un grand rassemblement devant le ministère du travail »