"Il y a un Etat mais c'est un Etat totalement en faillite" a affirmé Michel Sapin sur Radio J ce dimanche. Cette sentence rappelle celle de François Fillon en 2007. Alors tout frais Premier ministre de Nicolas Sarkozy, Fillon avait estimé: "Je suis à la tête d'un Etat qui est en situation de faillite".

Pour l'actuel ministre du Travail, ce jugement permet de justifier l'austérité actuelle: "C'est la raison pour laquelle il a fallu mettre en place des programmes de réduction des déficits et aucune sirène ne doit nous détourner de cet objectif." Selon lui, le gouvernement français doit impérativement s'en tenir à son programme de réduction des déficits publics et ne pas céder aux "sirènes" qui l'invitent à renoncer à l'austérité.

Plus que Jamais....Campagne contre l'austérité

C'est le cas du Front de gauche qui a lancé jeudi dernier à Metz sa campagne contre l'austérité. « Je déclare ouverte la campagne d’alternatives à la politique actuelle », avait à cette occasion annoncé Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche. Pour Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, il s'agit « à nouveau de lever l’espoir » et « une nouvelle fois changer le paysage politique de (notre) pays ».

A lire aussi:

Le Front de gauche en marche vers l'alternative

Ayrault: "Renverser la courbe du chômage, ce n'est pas gagné"

S.G.