« Moi?: Je voudrais faire une formation (de secrétaire pharmaceutique – NDLR) via le Cned. J’ai un peu de DIF et je voudrais monter un dossier pour une demande d’aide.

Elle?: Vous avez été AVS, et vous faites comme tous les autres, vous attaquez aux prud’hommes… En même temps vous n’aviez qu’à la demander la formation, l’éducation l’aurait payée.

Moi?: Non, je ne crois pas.

Elle?: Bien sûr que si. C’est facile d’aller en justice si on ne fait pas les démarches?! Plein d’AVS et d’EVS ont fait les demandes et l’éducation nationale a payé sans souci. Et puis, ce métier ne sert à rien, c’est comme si vous n’aviez rien fait pendant trois ans.

Moi?: Merci de me dire que je ne sers à rien, ce n’est pourtant pas l’impression que j’ai eue mais bon.

Elle?: Vous cherchez un mi-temps, y en a pas. Faut chercher un temps plein.

Moi?: Je ne peux pas, j’ai un enfant handicapé qui a besoin de soins et aussi besoin de moi, je suis veuve et j’ai aussi une fille de huit ans.

Elle?: Bah, y a les taxis pour l’emmener à l’école votre fils et puis votre fille peut se débrouiller toute seule… Vous avez été boulangère, faut chercher dans cette branche.

Moi?: Non, les horaires ne me conviennent pas, je n’ai pas les moyens de payer une nounou et je n’ai plus d’aides de la CAF, mes enfants ont plus de six ans.

Elle?: Peut-être que vos parents pourraient s’investir et s’en occuper de vos enfants. Et puis, vous devez bien avoir des copines pour faire de la garde…

Moi?: Mes parents bossent et mes copines sont des copines, pas des nounous gratuites?!

Elle?: Il a quoi comme handicap votre fils??

Moi?: ça ne vous regarde pas?!

Elle?: Bon, puisque vous ne voulez rien, je vous mets en formation (de recherche d’emploi – NDLR) pendant trois mois,?à partir du 1er?juillet.

Moi?: Par contre, je pars en vacances en août.

Elle?: Vous n’avez pas les moyens de payer une formation mais vous partez en vacances…

Moi (un peu énervée)?: Oui, grâce à la CAF et à mes parents?!

Elle?: Il va falloir faire un effort car vous ne pouvez pas rester aux crochets de la société, va falloir servir à quelque chose.

Moi (très énervée)?: J’ai bien compris que votre but est de me sortir du circuit pour avoir des bons chiffres coûte que coûte. Maintenant, me faire passer une formation qui ne sert à rien, plantée devant un PC, je peux le faire chez moi?!

Elle?: Bien, c’est facile?: pas de formation, je bloque vos allocations?!

Moi (en pleurs)?: Je la ferai mais pas pendant mes vacances?! J’ai mes enfants… Par contre, soyez sûre que je ne me laisserai pas faire. Vous n’avez pas à mal me parler. Vouloir travailler à mi-temps est mon droit. Si vous voulez ma vie, parfait, on change sans souci?!?»

Ulcérée, Corinne s’est alors levée et est partie en larmes. Son avenir?? Elle a entendu la volonté du gouvernement de prolonger 14?000 contrats aidés. Si on lui propose, Corinne signera de suite pour redevenir AVS. Faire de nouveau son métier et ne plus vivre pareille humiliation.

(*) Le prénom a été modifié.

Laurent Mouloud