«Diabali est libérée, les islamistes sont partis, les militaires français et maliens sont entrés dans la ville?!?» déclaraient une élue de cette ville (située à 400?km au nord-ouest de?Bamako) ainsi qu’une «?source sécuritaire régionale?» à l’Agence France Presse, le 18?janvier dernier. Ce n’est en réalité que trois jours plus tard qu’une colonne de véhicules blindés est entrée dans la localité, annoncée comme «?conquise?» par les islamistes le 14?janvier dernier. Un communiqué signé par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, publié hier matin, ajoutait à la reprise de Diabali, la prise de contrôle de Douentza (au nord-est, sur la route de Gao) «?par les forces armées du Mali?», avec le soutien des forces françaises «?basées à Niono et à Mopti-Sévaré?».

Déficit de renseignement

Donner des informations fiables dans un pays en guerre relève toujours de la gageure, et le conflit malien n’échappe pas à la règle. Les élus locaux qui communiquent avec les journalistes ne sont pas toujours sur place, l’armée malienne souffre d’une désorganisation manifeste et d’un déficit de renseignement chronique qui se sont aggravés depuis le coup d’État du capitaine Sanogo. Les témoignages recueillis par téléphone, en dépit des confirmations des autorités, doivent également être appréciés au conditionnel, comme l’illustrent les affrontements signalés samedi 19?janvier à Gao.

Dans cette ville coupée du monde, administrée par les islamistes du Mujao, l’assassinat d’Abdoul Kader Touré, journaliste d’une radio locale (battu à mort ou tué par balles, au gré des versions), avait été confirmé par un adjoint au maire de Gao, le directeur d’une autre station privée, ainsi que par le gouvernement malien. Avant que celui-ci ne fasse machine arrière quelques heures plus tard, qualifiant les informations qu’il avait lui-même communiquées «?d’erronées?». L’Humanité avait, par exemple, recueilli le témoignage d’un chauffeur de car faisant la navette avec la frontière nigérienne, et assurant avoir assisté à l’exécution de Kader Touré à la gare routière de Gao…

Enlisement

Plusieurs facteurs permettent sans doute d’expliquer la confusion régnant autour de la progression des troupes françaises et maliennes, de même que les informations contradictoires en provenance du nord du pays, où très peu de journalistes ont pour l’instant réussi à pénétrer. L’état-major de l’opération Serval manifeste une volonté évidente à présenter son allié malien comme un acteur important voire décisif des opérations, ce qui est certainement exagéré. La reconquête du Nord sera longue, l’arrivée de troupes significatives de la Cedeao n’est pas pour demain (seuls, par exemple, 60 soldats du contingent sénégalais sont arrivés sur place), il est donc tentant de scénariser les conquêtes de l’armée et retarder ainsi les inévitables polémiques sur l’enlisement français.

Quant aux possibles manipulations autour des exactions commises par les islamistes, elles ne peuvent qu’accroître la haine qu’ils suscitent déjà au sein de la population.

  • A lire aussi:

Mali: représailles au coeur d'une guerre sans images

La sourde inflexion du pouvoir

Marc de Miramon