"Pour ce qui est du parti de gauche, je le dis clairement, nous sommes sur la position de listes autonomes, autant que faire, et rassembleuses, autant que possible. Cela signifie qu’il n’est pas question qu’un seul d’entre nous, accepte un programme municipal dans lequel, par exemple, seraient prolongés les contrats avec les entreprises de l’eau et qui refuserait les régies publiques de l’eau." Le co-président du parti de gauche l'a dit avec fermeté au cours de l'émission Tous politiques, sur France Inter en partenariat avec l'AFP et Le Monde.

Deux points essentiels ne sont pas discutables pour Jean-Luc Mélenchon. Et en premier lieu : "nous nous opposons à l’acte trois de la décentralisation tel qu’il est prévu. Deuxième point nous ne sommes pas d’accord pour que les équipes municipales acceptent les politiques d’austérité qui viennent du gouvernement et qui se répercutent sur les collectivités. Voilà deux points sur lesquels la discussion doit être très ferme, et après on discute".
Mais "je ne détruirai pas le Front de gauche" assure-t-il. Il ne croit pas ainsi que cela rende des listes d’union de la gauche impossible et que le PCF perdrait toutes ses communes. "Il y aura un vote sanction, basé sur la réalité".

L’ancien candidat Front de gauche reste ainsi ouvert sur les discussions et le réalisme à échelle locale. Le discours sera sans doute plus ferme pour les échéances européennes, où Mélenchon sera peut être tête de liste. « L’élection politique fondamentale, c’est l’élection européenne de 2014. C’est le moment ou les citoyens vont donner leur avis sur le garrot qui est en train de les étrangler, la politique européenne. »
Ces élections viendront s’inscrire dans la grande campagne du Front de gauche cette année, contre l’austérité. Campagne qui débutera ce mercredi 23 janvier à Metz, avec un grand meeting baptisé : "L'alternative à l'austérité c'est possible". Avec les interventions de Jean-Luc Mélenchon, de Pierre Laurent, de Myriam Martin, de Christian Picquet et de Clémentine Autain.


Tous politiques - Jean-Luc Melenchon par franceinter