Ainsi, la petite caravane partit, drapeaux aux vents, pour ce périple sans grande difficulté. En chemin, de halage bien sur, les rencontres furent nombreuses et les marcheurs/coureurs/randonneurs présents saluaient avec gaité la présence iconoclaste du petit groupe très politique. Politique car en cours de route fut abordée la situation des équipements sportifs qui manquent pour permettre aux sportifs de notre département comme aux scolaires de pratiquer la palette de tous les sports.

la question d’un stade nautique faisait irruption entre deux écluses et pour palier la question des financements l’idée de nouvelles dispositions législatives pour favoriser la construction des équipements publics nécessaires était avancée.

En effet, pourquoi les collectivités locales seraient obligées d’emprunter sur les marchés financiers aux même taux que les particuliers alors qu’ils œuvrent dans l’intérêt de toutes et tous. Maximilien Reynès-Dupleix rappelait alors aux participants comme aux gens rencontrés l’importance de la création d‘un pôle public bancaire qui pourrait aider en favorisant les investissements territoriaux. C’est peu dire si les 2 douzaines de kilomètres passèrent rapidement sur cette belle réalisation, il faut en convenir. Moissac et le pont canal s’éloignaient déjà avec quelques gouttes de pluie quand l’approche de Castel rappelait à certain le temps de l’industrialisation passée des lieux.

L’arrivée au port se faisait sans tambour ni trompette et même si peu nombreux, tous convenaient que faire de la politique de la sorte était plutôt agréable.

Le candidat appelait les participants à poursuivre la mobilisation de chacun autant sur les questions du droit d’accès au sport pour tous que sur les autres thématiques soulevées dans les rencontres effectuées chaque jour par les militants. C’est après le verre de l’amitié que chacun put reprendre le cours de ses occupations après ce moment partagé. Les rendez-vous de la semaine à venir étant fixés, une bonne douche et un repas chaud devait permettre au candidat du Front de Gauche de retrouver un peu de chaleur et des vêtements secs…

L’expression « Mouiller le maillot » prenait alors tout son sens !

MFC