!Non au capitalisme vert, oui à l'écologie sociale au cœur des politiques régionales

Cet appel à rejeter le capitalisme même repeint en vert et à faire le choix de l'écologie sociale a donné lieu à une interpellation des passants hier à Beaubourg, en présence d'Éric Coquerel, tête de liste à Paris. Voici le texte au recto du tract distribué pour l'occasion, dont vous pourrez télécharger l'intégralité en fin de billet.

capitalisme_vert.jpg

L’échec de Copenhague constitue un défi majeur pour les mobilisations citoyennes et les politiques publiques dans tous les territoires. Avec la planification écologique, les Régions peuvent être un levier pour résoudre la crise écologique. Notre ambition est de contribuer à révolutionner notre mode de développement. •Fiasco à Copenhague : Face à la crise climatique, le sommet de Copenhague s’est terminé par un véritable fiasco. Cette inertie est dictée par un système capitaliste qui n’existe que par l’exploitation effrénée des ressources humaines et naturelles.
Comme l’a dit ironiquement le président du Venezuela Hugo Chavez «si le climat était une banque on l’aurait déjà sauvé». Un tel système est insupportable, même repeint en vert.

  • Taxe Carbone : injuste et inefficace ! Le gouvernement Sarkozy persiste avec sa taxe carbone qui fait payer les ménages à la place des entreprises polluantes massivement exonérées comme Total. Elle est inefficace écologiquement. Les ménages ne peuvent réduire significativement leur consommation de gaz et d’essence si aucune alternative ne leur est proposée, comme en matière de transports en commun. Les enjeux sont pourtant majeurs puisqu’il s’agit de réduire par quatre les émissions de CO2 d’ici à 2050. C’est l’ensemble de la fiscalité et notre mode de développement qu’il faut repenser.
  • Le péage urbain : l’impôt Banlieue ! Le projet de péage urbain aux portes de Paris de la chef de file UMP de Paris, Chantal Jouano, est un véritable «impôt banlieue», aussi injuste qu’inefficace. Pour réduire le trafic automobile, ce ne sont pas les banlieusards qu’il faut taxer. Il faut développer les solidarités et les complémentarités entre territoires et le réseau de transports en commun, redéfinir l’aménagement du territoire contre l’étalement urbain, réduire les déplacements subis et rapprocher l’emploi et les logements.

Notre liste défend au contraire une écologie sociale. Nous déplorons donc le soutien apporté à la proposition de Chantal Jouano par Daniel Cohn-Bendit d’Europe Écologie car elle ne répond ni à l’urgence écologique ni à l’urgence sociale.

Le 14 mars, votez « Ensemble pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes » !

le tract est à disposition en cliquant ici