Comment y parvenir?

D’abord, il faut qu’Harlem Désir réussisse à rassembler le Parti socialiste. Quand j’entends certains parlementaires du PS, je me dis qu’il y a quand même quelques problèmes. Nous devons ensuite faire entendre raison aux Verts : on ne peut pas être un pied dans la majorité et un pied dans l’opposition, dans une danse de Saint-Guy permanente. Ensuite, il y a le problème des communistes : ils sont dans l’opposition, mais ce n’est pas une situation que l’on puisse considérer comme définitive et surtout comme normale politiquement. Pierre Laurent doit se rendre compte que nous sommes au XXIe siècle. Le communisme, c’est terminé. Les nationalisations, c’est terminé. On ne peut pas remettre l’économie française sur pied avec de vieilles lunes.

Vous voulez réunir les communistes sur une ligne sociale-démocrate?
Je sais bien que ce n’est pas leur ligne. S’ils veulent continuer à se marginaliser, qu’ils se marginalisent. Mais il faudra les mettre devant leurs responsabilités. Nous allons entrer dès le premier trimestre dans des discussions politiques, notamment sur les municipales. On ne peut pas être dans la majorité en province et dans l’opposition à Paris. Mélenchon, lui, est un trublion très individualiste. Avec talent, il ne représente que lui-même.

Le rassemblement doit-il aller jusqu’à Bayrou?
Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Plus large sera la majorité, mieux ce sera.

La taxe exceptionnelle de 75% doit-elle être maintenue?
Il s’agit d’une mesure emblématique qui a été retoquée par le Conseil constitutionnel. Constatons- le et essayons de mettre en place un système acceptable par tous, y compris les plus riches. L’exil fiscal est scandaleux, mais attention à ne pas créer une fiscalité trop lourde. Concernant Depardieu, on ne peut pas être le symbole qu’il est pour les Français et se retrouver avec la nationalité russe, c’est honteux. Obélix ne peut pas être russe.

Êtes-vous favorable à l’amendement autorisant la procréation médicalement assistée?
Je n’y suis pas opposé sur le principe, mais la concertation n’a pas eu lieu. La PMA mérite mieux qu’un amendement. Si c’est le cas, nous ne la voterons pas, mais nous voterons le mariage pour tous.

Arthur Nazaret - Le Journal du Dimanche

samedi 05 janvier 2013