.....L’année 2012 a été surtout pour le Front de Gauche (FdG) une année décisive d’installation dans le paysage politique national mais aussi local. C’est la première leçon que j’en tire avec une amertume toutefois sur la montée inquiétante du FN qui a surfé et qui surfe avec démagogie sur le désespoir des gens. Ce désespoir est alimenté par une politique gouvernementale qui n’est pas, à mon sens,  à la hauteur des enjeux pour nos concitoyens. 2012 est derrière nous, place à une nouvelle année de luttes et de combats

 

Le PJ : Je vois que vous êtres toujours aussi combatif pourtant il n’y a pas d’enjeux en 2013, je me trompe ?

M. R-D : 2013 est une année charnière. La politique menée au plan national n’apporte pas de réponses concrètes aux besoins des gens et pourtant les enjeux sont multiples. Des négociations d’importance sont en cours, le patronat exerce une pression sur le monde du travail pour plus de flexibilité, les retraites sont à nouveau dans le collimateur, les salaires sont au point mort, on ressort le déficit de la sécu et en même temps, on favorise à coup de milliards ceux qui licencient à tour de bras….

 

Le PJ : Mais n’est ce pas la conséquence de la crise ?

M. R-D : La crise à bon dos quand on sait l’augmentation éhontée des bénéfices des grands groupes multinationaux. Regardez l’augmentation du nombre de gens riches qui sont encore plus riches et dont on veut nous faire croire qu’ils participent à l’effort national en planquant leur argent dans des paradis fiscaux. Il est grand temps que force revienne à la loi et en l’occurrence, il va falloir une plus grande détermination pour aller chercher l’argent là ou il est: pas dans vos poches ni dans les miennes….

 

Le PJ : Et sur le plan local, que penser de la situation à Moissac ?

M. R-D : Vous voulez parler de la situation des gens ou de la guerre ouverte en vue d’assoir les amis de M. Baylet dans le siège du Maire de Moissac ? Nos concitoyens souffrent de la crise et ne trouvent pas assez de réponses à leurs situations, pour autant, nos conseillers généraux passent du temps en un  intense lobbying teinté de désinformation digne d’une série télévisée.  Je trouve ironique « des amis de 30 ans » tentés de se refaire une santé électorale en jetant aux orties ce qu’ils ont soutenus jusqu’alors. Je n’ai pas d’inimitié envers eux et je constate qu’ils en appellent à plus de démocratie et d’écoute en « redonnant, d’abord la parole aux moissagais» (dans leurs vœux journalistiques) alors qu’ils ne les entendent que trop peu et qu’ils sont restés sourds à notre proposition de Conseil Cantonal Citoyen. Le débat nous a toujours été refusé et nous sommes toujours interdits dans les colonnes de leur journal. Dans l’article cité, ils mélangent le dialogue citoyen avec l’action municipale à la sauce départementale comme pour signifier que rien ne peut se faire sans eux. Ils n’oublient d’ailleurs pas de rajouter un zeste d’intercommunalité alors que l’un d’entre eux en avait quitté la présidence en pleine tourmente.

 

Le PJ : Cela veut-il dire que vous vous rangez du côté de M. Nunzi, Maire de Moissac ?

M. R-D : Pas que je sache ! Et d’abord de quel droit devrais-je choisir? Je n’ai pour l’instant qu’un seul mandat, celui des électeurs qui m’ont fait confiance aux législatives en 2012, sur les valeurs que je porte encore et touours… Et pour ce faire je ne veux pas en rester à des polémiques stériles…

 

Le PJ : c’est pourtant ce que vous avez fait au sujet du giratoire de la Mégère ?

M. R-D : C’est un sujet qui a fâché jusqu’au plus haut niveau du CG82 et tant mieux ! Pourtant ce n’était qu’un rappel citoyen quand à l’utilisation de l’argent public. C’est l’exemple même du « dialogue citoyen » inexistant ! Je pourrais aussi parler des ridicules subsides du CG82 pour l’OPAH de Moissac, de l’absence d’investissements dans le logement social…. Cela montre qu’en 2013, et c’est la responsabilité du Front de Gauche, nous devons impulser une autre politique sur le plan local.

 

Le P.J : Concrètement…

M. R-D : D’abord, nous poursuivons notre bataille contre l’austérité que l’on veut nous imposer. Ensuite, nous allons tenir plusieurs réunions publiques à Moissac pour débattre et définir avec les citoyens les contenus de ce qui est nécessaire pour notre ville, pour ses habitants, pour l’avenir de nos enfants. Des réunions publiques ouvertes à tous pour élaborer des pistes, des orientations progressistes, solidaires, et écologiques.

 

Le P.J : Cela veut-il dire qu’après M. Benech, vous êtes candidats à la Mairie ?

M. R-D : Pas nécessairement et de toutes manières je ne décide pas seul. Notre réflexion est encore loin d’être aboutie en la matière et nous ne souhaitons pas mettre « la charrue avant les bœufs» car avant de construire une liste de femmes et d’hommes candidats, nous avons l’exigence de l’écriture d’un programme, d’un contrat co-élaboré avec les moissagais.  Alors seulement, nous pourrons dire si oui ou non nous sommes capables de le porter seuls ou en partenariat dans une large équipe clairement à gauche. Nous nous sommes dotés de moyens nouveaux : Moissac Au Cœur est aujourd’hui une association déclarée, mais aussi une émission de radio d’OC et un site bien connu des internautes.

Nous avons les outils, les idées, et nous appelons de nos vœux une année 2013 pleine, de débats, de luttes et d’espoirs.

L'article du Petit Journal à télécharger