« D'après l'inspecteur d'académie, il manquera 100 élèves sur l'ensemble de Moissac, a précisé Béatriz Malleville, responsable FCPE. Tout le monde est donc concerné. » C'est d'abord l'école de Mathaly qui a été visée, mais le développement rapide du quartier semble l'avoir sauvé - pour l'instant en tout cas. Désormais, la suppression de poste s'est reportée sur l'école du Sarlac.
Se plaçant en 2e position en matière d'effectifs les plus bas de la commune, l'établissement risque de perdre une classe de maternelle, celle des tout-petits (2-3 ans) qui, pour cause de réforme, n'est plus obligatoire. Par ailleurs, le réseau d'éducation prioritaire, qui assurait un effectif réduit dans les classes de quartiers populaires, a tout simplement été supprimé.
Ce vendredi, à 17 heures, la mairie de Moissac et les représentants des parents d'élèves ont rassemblé les familles pour les informer de la situation et les aider à se mobiliser pour convaincre l'académie de revenir sur sa décision.
Décision ferme, qui ne deviendra cependant définitive qu'à la rentrée 2011. À cette date, l'inspecteur de circonscription passera dans les classes pour compter les effectifs. 125 élèves, hors moins de 3 ans, sont demandés pour conserver le poste.